New York Gangster
!!! AVERTISSEMENT !!!



Ce forum est strictement interdit au moins de 18 ans et déconseillé au moins de 21 ans. Si vous vous connectez sur ce forum c'est que vous répondez à ces critères et que vous êtes un(e) joueur(se)/Rpgiste averti(e).

Le staff décline toutes responsabilités dans le cas contraire et bannira du forum tout joueur(se)/Rpgiste qui aurait menti sur son âge.

New York Gangster, est un forum RPG à contexte fiction mâture mafieux Yaoi où se côtoie sexe, violence, drogue, alcool et prostitution. Donc si vous n'avez pas 18 ans, si vous êtes un joueur(euse)/RPgiste non averti(e), passez votre chemin !

Cordialement
Les admins.


Forum RPG à contexte mâture Yaoi, strictement interdit au moins de 18 ans et déconseillé au moins de 21 ans.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 About a Girl ♫ Charlie McClendon

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: About a Girl ♫ Charlie McClendon   Jeu 20 Nov - 3:15




█ Nom || McClendon
█ Prénom || Charlotte
█ Surnom || Charlie
█ Date de naissance || 6 septembre 1991
█ Origine || Américaine
█ Situation/Orientation sexuelle || Célibataire/Hétéro
█ Gang || Peripheral
█ Occupation dans le Gang || Sans emploi
█ Quartier de résidence || Harlem




█ Pseudo || Meg
█ Âge || 20 ans
█ Le forum, tu l'as trouvé || Via Jude ^^
█ Avatar || Hana + DCTB
█ Double compte || Nope
█ Avis à partager || Pas pour le moment
█ "Je certifie avoir 18 ans au moins et déclare avoir pris connaissance du règlement" :  Meg, a.k.a. Charlie McClendon "+18 Lu et Approuvé"





« On ne peut réduire les hommes à leur physionomie. »


Elle passe une main distraite dans sa chevelure d'un joli blond doré, comme en pleine réflexion. Une véritable crinière, tombant sur ses épaules avec fougue, des mèches partant dans tous les sens en une harmonie désordonnée. Sur son visage, une moue contrariée, elle n'aime pas ne pas savoir quoi faire. Ça se voit, elle a l'air d'un tigre en cage, elle est sauvage. Ses sourcils sombres, trahissant la couleur naturelle de sa chevelure, semblent venir ajouter leur petite touche au regard perçant de la jeune femme. Deux iris verts, empreints d'intelligence, mais au regard présentement distant. Elle est loin dans ses pensées, elle ne sait même pas que je la regarde. Les traits de son visage sont d'une douceur étrange, une douceur riche. Elle a la tête de ces filles qui posent dans des revues de haute couture, celles qui ont l'air tout le temps trop bien pour tout le monde et qui passent sous photoshop. On la maquillerait et on lui dirait de juste regarder la caméra avec sa tête de tous les jours et pouf, ce serait dans la boite. On dirait qu'elle est née pour ça, pour qu'on la regarde. Sauf qu'elle, elle est bien là, en vrai, et que c'est tout le monde qui a l'air trop bien pour elle.

Ses mains jouent nerveusement avec son zippo et ses épaules sont un peu voûtées. Elle a l'air nerveuse, elle a l'air toute petite dans sa chaise. Son chandail est beaucoup trop grand, un chandail de Nirvana à l'emblème un peu effacé, avec un ou deux trous de cigarette. Sur ses bras je peux voir tous ses bracelets, un camouflage très peu réussi d'ailleurs, les marques sur sa peau en dessous sont encore bien visible. De fines marques rouges qui tranchent sur le reste de sa peau, qui nous donnent envie de les effleurer pour voir si ça fait encore mal. Ses souliers, eux, sont de vieux converse élimés. À croire qu'elle les as ramassés dans les poubelles. Elle fait partie de ces gens qui ont pauvre écrit partout sur leur visage, et pourtant, elle porte cette pauvreté presque royalement. Il y a une aura autour de cette fille, un quelque chose qui nous pousse à la regarder et à nous dire que, en dessous de ses vêtements de merde, c'est une déesse qui se tiens là. Une perle qui empeste la cigarette, une perle que personne ne pourra jamais avoir, mais que tout le monde aimerait bien admirer bien comme il faut dans le placard à balais. Oh, mais regardez moi ces jambes.




« L'apparence n'est rien ; c'est au fond du coeur qu'est la plaie. »


Aller, je dois bosser, je dois regarder son dossier au lieu de la regarder elle, mais bon sang que c'est difficile d'arrêter de la regarder. Bon déjà, problèmes avec l'autorité, pas besoin de regarder ce foutu papier pour le deviner, sinon elle serait pas là. Impulsivité, agressivité, aussi libre qu'elle en a l'air. Quand même, vider une cafetière brûlante sur un type qui lui avait mis la main au cul, pas étonnant qu'on l'ait renvoyée du Starbucks la petite. Au moins si le type s'était pas retrouvé avec deux dents pétées en plus, peut-être que ça aurait juste pu passer comme de la légitime défense, mais là c'est limite. C'est une vraie petite folle ça, surtout que c'est pas la première fois que ça arrive des histoires comme ça. Malgré ça à chaque fois c'est pas elle qui commence et, surtout, elle a toujours une bonne raison, bien que ça reste discutable parfois. C'est pas comme si elle était une psychopathe non plus quoi, je me sens pas de la coffrer pour ça.

Et puis il faut dire qu'elle s'est retrouvée sans parents à seize ans et avec une petite soeur sur les bras, ça vous forge un caractère. D'ailleurs j'ai déjà rencontré la petite, elle est adorable, vraiment pas comme cette autre énergumène. La gamine m'a regardé de ses grands yeux verts et m'a dit "Elle est pas méchante, monsieur l'agent. Charlie se déguise toujours en princesse avec moi pour prendre le thé. Ok, elle met que la couronne, mais c'est une princesse quand même! Vous allez pas l'arrêter hein?" Ça je pense pas l'oublier de si tôt. Comment on peut avoir l'air si fêlée et jouer avec une gamine ensuite comme si de rien n'était hein? C'est la même fille qui a mis le feu à une voiture de police l'an passé? Et puis merde ce dossier, il raconte pas ces choses là. Pourquoi les rapports de police racontent jamais les bonnes choses. J'avais bien envie de le rajouter tiens. Peut-être elle aime la cuisine et les parcs d'attractions aussi? Oh merde, je pense trop. C'était pas une bonne idée la bière avant le boulot. C'est qu'une pauvre fille comme une autre, je perds mon temps. J'vais aller l'interroger et ensuite au suivant.




« L'existence sociale des hommes détermine leur pensée. »


Je m'approche d'elle et la réaction est presque instantanée. Elle darde son regard vif vers moi et elle me dévisage presque. Ce n'est pas la première fois que cette scène se produit, loin de là. Ici, c'est presque une véritable habituée, et je compte pas les fois où elle doit réussir à prendre ses jambes à son coup avant de se retrouver devant moi. Dire qu'elle avait seize ans la première fois et la pauvre fille, elle l'avait vraiment pas mérité celle-là, moins que toutes les autres fois qui ont suivit en tout cas. C'était un vol, dans une pharmacie, parce que sa petite soeur Deborah était malade et qu'elles avaient pas d'argent. Comme si on pouvait arrêter une gamine de seize ans pour un motif comme celui-là. J'lui avais donné mon numéro de téléphone et quarante dollars, une petite tape sur l'épaule et je l'avais rejetée dehors. Il avait pas fallu longtemps, deux mois et elle me rappelait. Même que j'ai été surpris qu'elle le fasse pas avant, l'orgueil peut-être. Cette fois c'était pour l'école de la petite, elle avait réussi à trouver un job pour payer le loyer et un peu de nourriture, mais les fournitures scolaires elle y arrivait pas. Par chance j'avais mis de l'argent de côté cette fois, parce que je l'attendais cet appel. Je lui ai donné cent dollars, en plus d'un sac à dos plein de crayons et de quelques cannes de nourriture non-périssables. Elle m'a sauté dans les bras la petite Charlie, elle s'est presque mise à pleurer, mais elle était trop fière pour ça et elle est repartie retrouver sa soeur au plus vite, pour lui dire la bonne nouvelle. Quel monde de fou quoi.

"Qu'est-ce que t'as encore fait, Charlie?"

Elle a rangé son zippo et elle s'est redressée, maintenant qu'elle se savait regardée elle agissait plus pareil, elle avait l'air plus forte, plus arrogante, plus royale. Cet air là me rappelait de beaux souvenirs, oh ça oui. Tellement beaux que c'était péché. Mais elle avait l'air encore nerveuse, elle avait l'air prête à sauter sur moi par dessus le bureau pour m'écorcher vif, j'imagine pas si ça avait été un autre flic que moi.

"Il m'as mis la main au cul merde! J'allais pas laisser faire ça, ce con se croyait tout permis et y'a pas une nana pour oser lui tenir tête. J'lui ai appris une leçon qu'il oubliera plus jamais le salopard, voilà ce que j'ai fait!"

Ah lala, elle changeait jamais. Je comptais plus le nombre de mecs qu'elle nous avait fait ramasser presque à la petite cuillère. Qu'une fille aussi petite qu'elle arrive à faire tout ça, c'était à vous jeter par terre. C'est pas comme si quelqu'un lui avait appris à se battre quoi, elle faisait juste sur le tas. De la chance peut-être? Non, c'est qu'elle était à faire peur lorsqu'elle se perdait. Un truc à vous figer sur place, mais le temps que vous bougiez pas, c'était trop tard. La petite folle vous laissait même pas le temps de comprendre votre erreur. Même à moi, elle l'a fait ce coup là, sauf que c'était un peu différent. Elle avait dix-sept ans, elle m'a dit qu'elle avait dix-sept ans, lorsqu'elle a tabassé quelqu'un pour la première fois. Il l'avait suivit dans la rue, après son quart de travail, et elle avait eu peur. Bah quand elle a peur, la petite elle devient dangereuse. Elle lui a coupé, avec son couteau à cran d'arrêt, vous imaginez? Faut dire que le type était en train d'essayer de la peloter dans une ruelle, du coup c'est pas étonnant, mais c'était quand même trop. Les services sociaux pouvaient plus ignorer ça, laisser cette fille s'occuper d'une gamine de huit ans toute seule, ils venaient de percuter que c'était pas une bonne idée. C'est moi qui ai du lui annoncer la nouvelle, qu'ils allaient enquêter. Elle avait vachement besoin d'aide, toute seule elle pourrait pas garder la petite, elle avait besoin de moi et j'étais pas trop certain de vouloir m'embarquer là-dedans. Bah elle m'a pas laissé le choix. Ça été la baise de ma vie, oh ça je vous le dit. À croire qu'elle faisait ça souvent, mais sur le coup j'ai pas pensez à ça voyez. Parfois je me dis que ça a valu la peine, même si maintenant elle me tiens par les couilles. Au final, son plan a parfaitement marché et je l'ai aidée, j'ai plaidé pour elle et on lui a laissé la petite, à condition qu'elle se surveille et qu'un type des services sociaux passe la voir une fois tous les trois mois, pour s'assurer que tout allait bien. Et dire que ça a marché pour un temps, c'est à rien y comprendre.

"Et maintenant j'explique ça comment à ce connard des services sociaux? Tu y as pensé? Si tu veux récupérer la garde de Deborah faudrait peut-être arrêter de faire ta grande conne, Charlie."

Oh ça elle a pas aimé, vous pouvez en être surs, mais elle me laissait lui parler comme ça, de temps en temps. Remarque elle avait plus le choix de faire profil bas, elle avait déjà assez d'ennui comme ça. Elle a baissé les yeux et a ressorti le zippo, pour s'allumer une clope en plein poste de police, pas de gêne. Ses mains tremblaient un peu, elle venait de percuter, enfin. Ça lui apprendra à être toujours aussi impulsive tiens, mais en même temps peut-être que c'était ça qui la rendait aussi attirante. Elle laissa échapper un peu de fumée de ses lèvres entrouvertes, envoyant sa tête, et ses cheveux, vers l'arrière alors qu'elle regardait le plafond, ramenant l'un de ses talons sur l'assise de la chaise.

"T'as raison, j'ai merdé grave. J'avais ce job depuis six mois, encore quelques mois et ils auraient vraiment considéré la possibilité de me rendre Deb. Remarque elle est peut-être mieux là où elle est, je sais même pas."

Elle avait l'air très pensive, sans doute en train de réfléchir à ce qu'elle pourrait faire maintenant. Ce serait pas facile de trouver un endroit où ils voudraient l'embaucher après ça. Si ça continuait, elle devrait peut-être même reprendre ses anciennes activités, mais je savais qu'elle préférerait crever que de refaire ça pour de l'argent. Qu'est-ce qui lui restait hein? Au moins elle faisait pas partie d'un gang, pas encore, mais avec une fille comme celle-là on peut s'attendre à tout.

"Tu lui as parlé récemment?"

"J'ai pas pu, elle était pas là. Ça m'inquiète t'sais, elle a la chance de faire des études et de se sortir de ce merdier et à la place elle consomme, le type de la maison d'accueil a aussi dit qu'elle faisait tout le temps la gueule, elle mange plus beaucoup. Et moi dans tout ça au lieu de l'aider je me fais renvoyer du boulot, superbe exemple."

Ah ça, j'allais pas la contredire. Elle essayait toujours de faire de son mieux, mais le résultat était comme qui dirait pas à la hauteur. Sinon, pour la petite Deb, c'était vraiment très dommage. Elle avait tellement de potentiel, plus que sa soeur en tout cas. Je soupirai, je savais pas trop quoi lui dire pour le coup. C'est pas comme si elle l'avait eu facile non plus, de voir sa soeur comme ça en plus du reste, ça devait être dur. Je fis le tour du bureau, m'appuyai contre celui-ci en la regardant de haut, tentant d'avoir l'air compatissant.

"Si tu veux j'te paie un resto, ça te fera du bien. Qui sait, en même temps ils voudront peut-être t'engager chez les McCopains."

"Va te faire foutre."

Elle m'avait répondu avec un sourire en coin, la voix amusée. Comme quoi la vie continuait. Je me demandais bien ce qu'elle comptait faire maintenant. Allait-elle se réessayer dans le mannequinat? Elle avait ses chances, c'est bien ça le pire, mais ils seraient sans doute trop con pour voir tout son potentiel, c'est toujours comme ça dans la vraie vie. Finalement, elle a éteint sa cigarette sur l'accoudoir de sa chaise et a lancé le mégot à la poubelle avant de se lever, prête à repartir. Elle savait que je l'arrêterais pas, qu'elle aurait un avertissement et que le type des services sociaux allait la rappeler, pour lui dire qu'ils allaient ré-étudier son dossier à la lumière de ces nouveaux événements. Rien de bien glorieux. Et elle est repartie, comme ça, sans rien dire de plus. Ah, ce petit cul qui s'éloigne, je m'en lasserai jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: About a Girl ♫ Charlie McClendon   Jeu 20 Nov - 19:30

Bienvenue, bienvenue ~
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu

avatar

Messages : 418
Date d'inscription : 22/01/2013

MessageSujet: Re: About a Girl ♫ Charlie McClendon   Ven 21 Nov - 12:41

Bienvenue sur BX, Charlie.

Je te valide sans hésitation, tu as une plume légère et agreable, et j'(apprécie de lire pour une fois une fiche de personnage qui décrit la vie de tout les jours, un parcours ordinaire pour une fille plein de charme.
Ca donne envie d'en faire quelque chose chez un Gang.

N'oublie pas d'aller dans le registre, et d'ouvrir ton topic de liens et de rp.
Puis d'enregistrer ton avatar.

Bon jeu o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: About a Girl ♫ Charlie McClendon   Ven 21 Nov - 15:35

Merci beaucoup Sevy! =)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: About a Girl ♫ Charlie McClendon   

Revenir en haut Aller en bas
 
About a Girl ♫ Charlie McClendon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charlie Parker : Bird/The Savoy Recordings (Master Takes) (1944-1948)
» Cinnamon Girl
» Charlie Parr à Paris, le 19/2
» Charlie Parker
» [VIDEO] Good Gone Girl - Cirque d'Hiver 11.06.09

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Gangster :: Fiches de présentation-
Sauter vers: