New York Gangster
!!! AVERTISSEMENT !!!



Ce forum est strictement interdit au moins de 18 ans et déconseillé au moins de 21 ans. Si vous vous connectez sur ce forum c'est que vous répondez à ces critères et que vous êtes un(e) joueur(se)/Rpgiste averti(e).

Le staff décline toutes responsabilités dans le cas contraire et bannira du forum tout joueur(se)/Rpgiste qui aurait menti sur son âge.

New York Gangster, est un forum RPG à contexte fiction mâture mafieux Yaoi où se côtoie sexe, violence, drogue, alcool et prostitution. Donc si vous n'avez pas 18 ans, si vous êtes un joueur(euse)/RPgiste non averti(e), passez votre chemin !

Cordialement
Les admins.


Forum RPG à contexte mâture Yaoi, strictement interdit au moins de 18 ans et déconseillé au moins de 21 ans.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hisora Tsukasa

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Hisora Tsukasa   Dim 21 Déc - 23:39

█ Nom || Hisora.
█ Prénom || Tsukasa.
█ Surnom || Hisora-san (usuel, utilisé par tout le monde) 
█ Date de naissance || 7 Mars 1990 (24 ans).
█ Origine || Japonais.
█ Situation/Orientation sexuelle || Célibataire, bisexuel.
█ Gang || Sakura Blade.
█ Occupation dans le Gang || Homme de main.
█ Quartier de résidence || Harlem Est.


█ Pseudo || Basura.
█ Age || 22 ans.
█ Le forum, tu l'as trouvé || Bouche à oreille messieurs-dames. Sur un message perso skype, pour être plus précise. Mais en vrai je stalke le forum depuis super longtemps.
█ Avatar || Hibari Kyouya + Katekyo Hitman Reborn
█ Double compte || Aucun.
█ Avis à partager || Rien à redire o/
█ "Je certifie avoir 18 ans au moins et déclare avoir pris connaissance du règlement" : +18 Lu et Approuvé
█ Rang désiré ||



« On ne peut réduire les hommes à leur physionomie. »
Parmi les asiatiques, Hisora ne se distingue pas vraiment. Si son mètre soixante-dix-neuf fait qu’il en dépasse certains, il est un peu plus petit que la plupart des américains. Ses cheveux sont noirs, raides, épais et courts – à cette longueur, impossible d’en faire quoique ce soit et malgré un effort pour les mettre en minimum en forme le matin, c’est la seule chose qui est un tantinet en désordre chez lui. En effet, vous le verrez rarement dépenaillé ou avec une blessure non dissimulée. ( Fait amusant : il consomme tellement de thé au riz et s’en est tellement renversé dessus par inadvertance que l’on lui a dit qu’il s’était imprégné de l’odeur. ) Hisora aime cette espèce de constance physique, tant et si bien qu’il fait très attention à sa santé pour éviter d’être vu mal en point ou fatigué. Si cernes il y a, il les cache, et il économise toujours ses forces pour ne pas tomber malade. Ainsi, si sa peau est très blanche, témoin des origines du nord du Japon de sa famille, elle n’a pas l’air maladive. S’il avait été une femme, il aurait probablement félicité pour cela – mais aucun doute possible à ce propos, Hisora est un homme. Il n’est pas massif, mais il est loin d’être chétif et ses épaules ne sont pas étroites ; ce qui est normal puisqu’il a toujours pratiqué beaucoup de sport, et beaucoup de sports de combat. Sa voix est grave, aussi. Comparé à un occidental, son visage peut être considéré comme fin, mais sa mâchoire, encadrée par deux mèches sombres, est marquée. Ses lèvres, fines, sont pâles et à son plus grand désagrément, gercent facilement et changent vite de teinte à chaque changement de température, passant facilement du rouge lorsqu’il a chaud ou au bleu sous la morsure du froid. Son nez, droit, n’est pas très prononcé et ses yeux en amandes arborent une couleur bleu foncé entourée d’un cercle noir.

Il est rare, d’ailleurs, que son regard laisse passer des émotions négatives. La haine, la colère, la tristesse et tout cela, il le réprime bien. Il autorise le reste – la joie, l’amusement, l’intérêt – ou reste neutre. Son regard est souvent plutôt doux et pas vraiment perçant. Il estime que c’est tout ce que les autres ont besoin de savoir, ou de croire à son sujet. Seulement, ses gestes précis et l’attention qu’il porte aux détails ne trompent pas. Ses épaules décontractées inspirent une personnalité paisible, alors la violence dont il fait preuve peut surprendre - et s’il est moins brutal et moins lourd qu’un autre, sa rapidité et fluidité compenseront. Gracieux, peut-être, mais pas gracile.
Au final, sa capacité à se fondre dans la masse et la douceur de ses yeux ne sont pas des faits sur lesquels se baser.

En réalité, Hisora n'est qu'un quart japonais. Son père est américain, sa mère américano-japonaise. Il ressemble beaucoup à sa grand-mère maternelle, paraît-il.

Hisora sera rarement vu paré de vêtements voyants ou trop colorés, sauf en cas de situation où cela se prête. Habillé de noir lorsqu’il travaille, ses tenues casuelles sont souvent sombres ou dans des teintes pastels peu agressives. Les kimono, yukata et autres tenues traditionnelles font aussi partie de sa garde-robe – il le faut bien. Mais à vrai dire, il préfère le confortable au tape-à-l’œil, et il est très peu adeptes des bijoux qu’il voit comme peu pratiques, constricteurs et il serait dommage de se prendre d’affection pour une bague ou pendentif qu’il pourrait égarer sans le vouloir. Cependant, il cache toujours de quoi se défendre sur lui. Une arme de poing, un couteau, un wakizashi sont toujours cachés quelque part.

« L'apparence n'est rien ; c'est au fond du coeur qu'est la plaie. »
L’apparence de Hisora n’est pas vraiment trompeuse. Il a l’air calme, et il l’est la plupart du temps. Si la violence est un outil, un part de lui qu’il a accepté et qu’il ne considère noire ou blanche que selon son utilisation, il n’en fait usage que lorsque la situation l’indique ou qu’il veut faire passer un message. Dans le cas contraire, l’on touche à l’arrogance et c’est là un trait chez les autres qui altère facilement la patience du japonais. Il préfère le respect, la politesse, et le passif agressif. Les avertissements passent aussi très bien de cette manière.
Peu de pensées passent la barrière de ses lèvres. Il faut dire que Hisora se pose beaucoup de questions et met à peu près tout à l’épreuve dans sa tête, ce qui est proche de lui inclus, et ce n’est pas toujours une bonne chose. Il a appris à garder le silence, mais il n’en pense jamais moins. Les propos sexistes l’agacent, par exemple, lui qui voue un profond respect aux femmes. Certaines activités de son clan lui peuvent lui déplaire, aussi. Cela ne l’empêche bien entendu pas de respecter ses aînés et supérieurs, et à chercher à comprendre le pourquoi du comment de leurs décisions. Sûrement manque-t-il d’intuition, ou n'y accorde pas assez de valeur.
Hisora n’est pas plus intelligent qu’un autre, mais il est curieux et pas vraiment de la mauvaise façon. Son intérêt pour les cultures, langues étrangères et avancées diverses est grand – raison pour laquelle son intégration aux Etats-Unis fut étonnamment facile – et il y tire globalement plus de satisfaction que dans les plaisirs matériels ou charnels. Cela ne veut pas dire qu’il snobe l’un ou l’autre.

Hisora est quelqu’un de plutôt tolérant, mais sa patience a des limites et il a la rancune facile. Il est distant pour une raison simple : il n’aime pas les gens. C’est une généralité. Jusqu’à preuve du contraire, un étranger sera mauvais. Et si preuve il y a, il sera ravi d’accepter son erreur. Ainsi, il n’a que de bonnes surprises. Cette capacité à toujours voir le bon côté des choses fait de lui quelqu’un d’inébranlable,  et il peut grandement encaisser mentalement. Cela lui permet de garder pour lui et d’intérioriser beaucoup de choses sans perdre les pédales. Bien entendu, il a des limites, mais globalement Hisora est une ancre. Cela le rend assez exigeant envers aux autres. Il déteste les larmes inutiles.
Cela ne veut pas dire qu’il ne se manifeste jamais. Il le fait lorsqu’il le doit, certes, mais il arrive parfois que son agacement se voit à travers un tic de la main, la mâchoire brièvement contractée, un sourire trop faux - lui qui est si bon menteur d’habitude – témoignant de son trop-plein de venin. Après tout, il est encore jeune, et son masque n’est pas exactement parfait.
Il lui arrive, en présence de quelqu’un avec qui il peut se le permettre, de formuler une remarque impertinente (ce qu’il, pourtant, méprise chez les autres) ou sarcastique, une pique, une blague pas très nécessaire ou une référence à un blockbuster idiot ou à la culture pop – le tout dit tout bas. « Hé, mais tu peux être drôle en fait, » entend-il dire parfois. Parfois, oui, mh. Peut-être. Et puis, les discussions triviales ne lui posent aucun problème, il les apprécie même. Il ne cache pas tout non plus. Son rire est toujours mesuré, mais pas rare, et que si quelque chose ne lui plaît pas il le dira.

Son aversion pour les êtres humains en général lui permet une distance, un confort et une froide indifférence lorsqu’il doit exécuter un ordre. Cependant, il n’est pas cruel et ne le sera jamais. Tuer des innocents le rend malade. Seulement, s’il doit le faire… les ordres sont les ordres. Hisora est loyal, et malgré une personnalité douce, il n’aurait pas mieux trouvé sa place que dans un clan de Yakuza.

« L'existence sociale des hommes détermine leur pensée. »
Le regard fixé sur ses mains fermement jointes, Hisora ne leva pas la tête lorsque qu’il entendit une voiture s’arrêter devant l’établissement, des portières s’ouvrir puis se refermer. L’atmosphère était lourde, et même le faible bruit de la radio derrière le comptoir circulaire du bar peinait à se freiner un chemin jusque sa conscience, restant en état de bruit de fond. Il n’était pas le seul à attendre là que quelque chose se passe. Plus loin, deux hommes vautrés un peu trop confortablement sur deux fauteuils pianotaient sur leurs téléphones. Haley, elle, était un peu plus loin. A moitié allongée sur un canapé et enroulée dans une large couverture, n’importe qui aurait pu la penser endormie tant elle était immobile. Mais ses yeux étaient ouverts sur le vide et ses lèvres pincées au maximum. Il lui jetait un regard de temps à autre, comme pour s’assurer qu’elle ne s’était pas évaporée pendant une seconde d’inattention. Ou brisée en mille morceaux. Il la voyait avoir des sursauts, parfois. Son regard retournait toujours vers ses propres doigts pour constater que deux phalanges commençaient à bleuir.
Vers les trois heures du matin, quelqu’un finit par entrer par la porte de devant. Après ce qu’il s’était passé dans la réserve, la porte arrière avait dû être momentanément condamnée. Probablement à cause de cadavre qui y traînait, et que quelqu’un devait être encore en train de nettoyer les traces de sang. Hisora, lui, n’avait pu que s’essuyer le visage. Ses vêtements étaient toujours tâchés.

- Hisora Tsukasa ?

L’homme qui venait d’arriver avait l’air plutôt las. Ce genre de chose devait arriver souvent dans leur milieu, alors Hisora n’en pensa pas grand-chose. Au moins, quelqu’un était arrivé. Il répondit d’un vague « oui, c’est moi » en le regardant s’approcher. L’air dérouté qu’il arborait n’était pas tant à cause de l’aura imposante que dégageait le nouveau venu, mais plutôt par le choc qui subsistait et l’appréhension.

- J’ai appris ce qu’il s’est passé ici, et je dois te parler.

Un silence.

- On m’appelle Shima. Ecoute, on ne va pas tourner autour du pot.

Les explications furent concises, mais claires. Il n’y avait pas des tonnes de Japonais dans ce coin de New York après tout, et l’appartenance de Shima avait été plutôt évidente dès le moment où il était entré de par ses traits asiatiques et ses vêtements.
Le bar était sous la protection des Sakura Blade. Evidemment, ils ne voulaient pas de la police ici, surtout pour deux crimes graves. Viol, puis quelque chose qui – à cause de l’acharnement évidement - serait plus passé comme meurtre sans préméditation qu’en tant qu’assistance à personne en danger. Et pour couronner le tout, Hisora et Haley étaient mineurs. Evidemment, tout cela n’aurait pas très bon pour eux.

- Maintenant que tout ça est clair, tu vas me raconter ce qu’il s’est passé. Personne n’a encore eu ta version.

Hisora, qui était resté muet tout ce temps, inspira et expira profondément. Il avait l’impression de ne pas avoir parlé depuis des siècles.
Raconter en soi ne fut pas difficile, étrangement. Il expliqua comment il s’était rendu compte qu’Haley était disparue depuis un moment et qu’il était parti à sa recherche. Comment il l’avait trouvée dans la réserve avec ce certain Davis. Comment elle était, sur l’instant, totalement privée de ses mouvements et de sa voix à cause de la drogue et qu’il avait vu son bassin à lui aller et venir entre ses cuisses nues. Comment, passé le choc de tomber sur une telle scène et un peu trop imbibé pour agir autrement, Hisora s’était jeté sur lui pour le ruer de coups. Comment Davis s’était longtemps défendu, qu’il avait fini par sortir une arme à feu, mais qu’Hisora lui avait donné un coup au poignet qui l’avait fait lâcher prise. Et comment il l’avait récupérée pour tirer sur lui au hasard. Le cou et l’épaule. C’est le cou qui avait rapidement eut raison de lui.
Il était resté longtemps le révolver encore en main, le dos contre le mur opposé, à regarder le corps inerte de Davis. Il paraît que lorsque l’on s’empare d’une arme à feu pour la première fois, on s’étonne de son poids. Hisora ne l’avait pas du tout remarqué, même après.

- Et comment as-tu fait pour réussir à abattre un homme d’une tête de plus que toi, et de probablement plus lourd de vingt kilos ?
- Il était ivre. Et je fais de la boxe.

Il se sentait soudainement fatigué.

- Tu regrettes l’avoir tué ?
- Non.

La réponse avait été immédiate, et si Shima en pensa quelque chose, il n’en montra rien. Non, Hisora ne regrettait pas, tout comme il n’avait pas hésité sur le moment. Le choc n’était pas dû à cela. C’était mérité.

- Tu comprends bien qu’il est impossible de prévenir la police, n’est-ce pas ?

Une question qui cachait un ordre plutôt clair. Hisora ne répondit pas et regarda Haley. Ce n’était pas une amie de très longue date. Malgré tout cela, il ne se sentait pas tellement plus proche d’elle. Etait-ce pourtant vraiment à lui de répondre à cette question ?

- Je ne dirai rien, mais je ne suis pas le seul impliqué là-dedans.

Il lui fallait au moins des soins.
Cela ne sembla pas vraiment convenir à Shima, mais il s’en contenta avant de se lever pour parler à ses deux acolytes avachis sur les fauteuils non loin de là. Ce ne fut qu’à ce moment-là qu’Hisora se rendit compte qu’ils avaient tenu toute la conversation en Japonais.



Les Bloody Cherry.
C’était, au final, lui-même qui avait fini par les recontacter trois semaines plus tard après que sa mère ait décidé de « repartir au Japon recommencer sa vie, » preuve du peu d’intérêt qu’elle n’avait jamais apporté à son petit-ami et son fils. Même s’il était né là-bas, c’était vraiment à se demander ce qu’il faisait avec son nom de famille et un prénom pareil…
A la maison, l’ambiance ne changea pas vraiment et son père continua à se plonger dans son travail sans se soucier du reste. La frustration de Tsukasa atteignit alors des records. Un coup-de-fil, une heure et un endroit de rendez-vous et c’était fixé. Ce ne fut pas Shima qu’il eut au téléphone, cependant. Ce dernier était mort, mais il n’eut pas de détail à ce sujet.
Il s’était toujours senti tiraillé, pas vraiment à sa place dans un pays tel que les Etats-Unis (et que dire de New York !) où il était arrivé au milieu du collège. S’adapter à la culture et à la langue fut facile. Le reste, beaucoup moins. Dans un pays comme dans l’autre, les études ne lui avaient jamais vraiment plu ; les liens avec les gens brefs et peu approfondis – à cause de son caractère ou du brusque déménagement ?

Quoiqu’il en soit, il n’avait pas terminé le lycée lorsqu’il entra chez les Bloody Cherry. Il coupa par la même occasion tous les ponts avec sa famille.
Il y avait beaucoup de raisons, mais la principale était que cette histoire au bar l’avait bien plus retourné qu’il n’aurait pensé au départ, et entrer dans le gang s’imposa un peu comme une suite logique à cet évènement. Tuer cet homme n’était pas ce qui l’avait dérangé. Marqué, oui. Dérangé, non. Au contraire, même si l’acte en soi ne lui avait pas plu, il était heureux d’avoir pris cette décision.
Lors de la séparation du clan, il n’hésita pas un seul instant avant de se rallier au Sakura Blade. Hijikata Dai était quelqu’un de réfléchi, de patient, de diplomate mais qui savait faire les choses lorsqu’il le fallait - il avait à ses yeux bien plus l’allure d’un chef que son frère. Et puis, objectivement, il s’entendait mieux avec lui.

Aujourd’hui, cela fait de nombreuses années que Hisora fait partie des Sakura Blade. Tuer ne le dérange plus, et il est devenu plutôt bon à cela. Son travail est rapide, net propre et surtout très silencieux – la discrétion est un mot d’ordre. Il fait ce qu’on lui demande – ce que les Blades lui demandent. Et jusqu’ici, cela lui a toujours convenu.


Dernière édition par Tsukasa Hisora le Dim 11 Jan - 0:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Hisora Tsukasa   Lun 22 Déc - 5:09

Bienvenue, bienvenue ~
Oh stalker! C'est bien ça, c'est bien ça ♪
Heureuse que tu te sois inscrite au final!
Bonne chance pour la continuation de ta fiche et au plaisir de se croiser in rp. =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Hisora Tsukasa   Lun 22 Déc - 14:38

Un Sakura ! ♥

Bienvenue et bonne continuation pour ta fiche, j'ai hâte de lire ton histoire ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Hisora Tsukasa   Sam 27 Déc - 2:44

Bienvenue à toi, bon courage pour le reste de ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Hisora Tsukasa   Lun 5 Jan - 16:04

Merci beaucoup pour cet accueil chaleureux, ça fait plaisir <3
Je m'excuse de traîner pour finir ma fiche. Avec les fêtes et tout j'étais très peu libre mais maintenant c'est bon ! Je la termine dans la semaine !
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu

avatar

Messages : 418
Date d'inscription : 22/01/2013

MessageSujet: Re: Hisora Tsukasa   Lun 5 Jan - 17:58

Message recu !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Hisora Tsukasa   Lun 12 Jan - 0:06

Ca y est, je crois que j'ai fini. Merci beaucoup pour le délai ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Hisora Tsukasa   Mar 13 Jan - 14:14

Bonjour,
Bienvenue à toi dans le clan des Sakura ♥

La lecture de ta fiche fut très agréable par sa fluidité. Très peu de fautes -j'en ai vu que 3 en fait mais ça gâche rien- et j'aime ton style d'écriture.

Sur ce, je te valide. Tu peux recenser ton avatar, faire tes fiches de rps et liens et bien évidemment demander tes premiers rps. Et n'oublie pas d'aller signer le règlement si tu ne l'as pas déjà fait.

Si tu veux un rang personnalisé à un moment ou un autre, m'hésite pas à me mp~

Amuse toi bien ! ♥

( J'ai hâte de te rencontrer vu que dernièrement je gère le clan par ordre de Dai~ )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hisora Tsukasa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hisora Tsukasa
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Gangster :: Fiches de présentation-
Sauter vers: